Le maléfice du Bloque-jambe ou le sortilège de la majuscule

Publié le par Algor Vitae

http://images0.boxwish.com/profile_images/blog/1273/blog_00852_ebay_find_original_prop_wand_from_harry_potter_and_the_philosophers_stone.jpg

 

    Je suis actuellement en stage, mon ultime stage avant de devenir, espérons-le, bachelier-agrégé de l'enseignement secondaire inférieur. L'autre jour dans une classe de première année de l'enseignement secondaire – sixième pour nos amis français, qui ne me lisent sans doute pas – je soumis à ces petites têtes blondes l'extrait de texte suivant :

 

 

    Malefoy fit aussitôt volteface en sortant sa baguette. Instinctivement, Harry saisit la sienne. Le sortilège de Malefoy manqua Harry de quelques centimètres, fracassant la lampe accrochée au mur, tout près de lui Harry se jeta de côté , pensa : « Levicorpus ! », sa baguette brandie, mais Malefoy bloqua le maléfice et leva la main pour en envoyer un nouveau...

– Non ! Non ! Arrêtez ! s'écria Mimi Geignarde, l'écho de sa voix résonnant avec force sur le carrelage. Arrêtez ! ARRÊTEZ !

    Il y eut un bang ! retentissant et la corbeille à papier derrière Harry explosa. Il tenta de lancer le sortilège du Bloque-jambes qui ricocha sur le mur, derrière l'oreille de Malefoy, et fit voler en éclats le réservoir de la chasse d'eau, juste au-dessous de Mimi Geignarde. L'eau déferla de tous côtés. Harry glissa et perdit l'équilibre au moment où Malefoy, le visage déformé par la haine s'exclamait : « Endolo ! »... « SECTUMSEMPRA ! » hurla Harry tombé à terre, en agitant frénétiquement sa baguette.


(J.K. ROWLING, Harry Potter et le Prince de Sang-mêlé, Gallimard, 2005.)

 

    L'exercice servant de rappel sur les natures ou classes de mots, je demandais aux élèves d'y repérer notamment deux noms propres ; une élève m'a ensuite demandé si « Bloque-jambes » était aussi un nom propre, et j'en fus bien embarrassé.

    Que lui répondre, alors que mes grammaires de référence, dans leur chapitre consacré à la majuscule, n'avaient en prévu une catégorie « noms de sortilèges » ?

    En effet, aussi bien Grévisse1 que les plus récents Braun et Cabillau2 s'accordent pour limiter l'emploi de la majuscule aux cas que je recense ci-dessous.

 

Font partie des noms propres et portent une majuscule :

  • les prénoms et les noms de personnes ;

  • les divinités et les personnages mythologiques ;

  • les noms d'habitants d'une ville, d'une région, d'un pays ;

  • les titres, les fonctions et les marques de respect ;

  • les noms d'animaux personnifiés et les allégories ;

  • les noms de rues, de bateaux, d'avions, de voitures et de produits commerciaux ;

  • en histoire, les époques, dates, fêtes, édifices et institutions ;

  • en géographie, les noms de lieux terrestres ou cosmiques ;

  • les noms d'œuvres d'art et d'ouvrages, de journaux, de revues ;

  • les points cardinaux ne prennent une majuscule que s'ils désignent une région S'ils indiquent une simple direction ou s'ils sont suivi d'un nom de lieu, la minuscule est de règle ;

  • Saint :

    • ni majuscule ni trait d'union pour désigner le saint lui-même ;

    • pas de majuscule mais un trait d'union pour les noms communs ;

    • majuscule et trait d'union dans les noms propres de personnes, de lieux, etc.

 

    Ce « Bloque-jambes » ne me semblait correspondre à aucune de ces catégories, excepté peut-être celle des « produits commerciaux », mais sans grande conviction3. Peu satisfait de ce compromis mental ayant traversé mon esprit en un éclair, je préférai répondre à l'élève que non, « Bloque-jambes » n'était pas un nom propre malgré sa majuscule. Ai-je eu tort ?

 


1 Grévisse M., Le bon usage. Grammaire française. 8e édition, Éditions J. Duculot, Gembloux, 1964.

2 Qui, comme Dupond et Dupont, vont toujours par deux ; cf Braun A. Et Cabillau J.-F., Le français pour chacun. Grammaire interactive de la phrase & du texte, Éditions Wolters Plantyn, Waterloo, 2007.

3 S'agit-il là d'une survivance du texte original en anglais, langue où l'emploi des majuscules s'éloigne de beaucoup de celui que nous connaissons ?

Commenter cet article