Les Enfants d'Albert - Chapitre I

Publié le par Algor Vitae

 Merveilleux fait d’hiver

 

La gondole cuivrée, montée sur ses coussins d’air, filait comme une flèche dans la ruelle, avec ses trois jeunes passagers.

— Freine, mais freine, sabre de bois !

— Je ne trouve pas la commande !

Indéniablement, le verglas qui recouvrait les rues pavées aidait bien plus que prévu à la célérité de l’engin. Le jeune homme dégingandé aux cheveux noirs qui conduisait l’engin ne semblait pas à l’aise.

— La manette sapristi, Zorglub !

— Je ne la trouve pas, je te dis !

L’autre, un blond au nez busqué, avança fermement le bras et tira sur un levier.

La tension électrique des patins de secours fit fondre la glace sous elle en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Mais c’était sans compter sur la pente descendante de la rue qui n’était pas de cet avis ; frein ou pas frein, la gondole décida de continuer sur son élan. Sous le regard éberlué du recteur Den Brol qui passait avec sa serviette sous le bras, l’équipage fonça droit dans une charrette de brasseur. Le commerçant moustachu se jeta sur le côté pour éviter l’impact, et ses deux chiens de charrette filèrent eux aussi à fond de train.

 

Un craquement aussi sonore que sinistre et un grand bruit de verre cassé plus tard, trois jeunes gens, deux garçons et une fille étaient allongés sur le pavé, dans les copeaux de bois et la mousse de Gueuze Lambic. La gondole renversée était échouée devant eux.

Les deux garçons relevèrent leur amie, qui ajusta sur sa tête son petit chapeau et dit, malicieuse:

— Pour le peu d’expérience que j’ai, Pacôme, les hommes ne savent visiblement pas conduire !

La foule s’était massée autour d’eux ; çà, quelques gamins hilares et là, une femme corpulente et barbue qui dissimulait derrière son manchon un regard précieux et méprisant qui aurait fait pâlir d’envie toutes les duègnes des grands d’Espagne. Et au beau milieu, le recteur Den Brol, qui avança vers eux son corps en forme de poire d’un pas chargé de menaces.

— Je crois bien que cette fois, vous allez avoir de très gros ennuis ! éructa-t-il en pointant sur eux un index boursoufflé et bagué.

Champignac remit en place une de ses mèches blondes et répondit avec calme :

— Monsieur, même s’il faut reconnaitre que l’expérience n’est pas… concluante…

Un tic abominable faisait trembler la paupière de Den Brol.

— Pas… concluante ?!

— Oui, c’est en effet ce que je viens dire, acquiesça le vicomte en souriant. Toutefois, je me dois de vous préciser que cet essai a été commissionné par les professeurs Struys et Sottiaux et qu’ils en assumeront les frais avec cet aimable brasseur.

Ce disant, Pacôme de Champignac fit un gracieux signe de la tête au dit commerçant, dont la moustache frisa devant cet élégant culot.

Den Brol semblait prêt à répondre avec une fulminante suspicion, mais la jeune femme, qui s’était relevée seule, lui tendit un papier :

— Si, si, professeur. Nous avons une autorisation écrite. Voyez donc.

— Si-gnée, ajouta le jeune noiraud au long nez avec un sourire presque mauvais.

Den Brol rajusta son chapeau et souffla comme un vieux cheval.

— Très bien. Mais ce héron de Sottiaux ne sera pas toujours là pour couvrir le trio infernal des génies, je peux vous le garantir ! Un jour où l’autre, vous verrez la porte de près !

Il tourna les talons et partit en ruminant.

— Vieille baderne, laissa échapper Miss Flanner en levant au ciel des yeux verts de menthe. Le jour où il inventera quelque chose, viable ou pas, peut-être aura-t-il une chance de nous rattraper.

— Jusqu’ici, tout ce qu’il a pu attraper avec nous, c’est la rage ! se moqua Zorglub.

Les deux autres lui prirent chacun un bras et se dirigèrent vers une rue adjacente, laissant là les débris de l’accident bizarre de cette journée d’hiver.

 

 

Les compères se réfugièrent dans un café salon où allaient bavasser savants et lettrés autour d’un café crème. Installés sur une banquette, les garçons commandèrent une bière et Miss un thé Earl Grey. C’est dans ces petits détails qu’ils se souvenaient que leur amie était une insulaire, une élégante dame en chapeau venue intégrer l’Université Libre de Bruxelles. Et c’est son domaine d’études principal, la pharmacie, qui lui avait donné son affectueux surnom de « l’Hygie britannique ». Entre deux gorgées sirotées de sa bière brune, Zorglub lui demanda :

— Tu ne nous as jamais dit, Miss, ce qui t’a amené à venir ici, quand on sait qu’il existe de si performantes universités en Angleterre !

Elle fronça les sourcils.

— L’Angleterre c’est l’héritage, c’est la maison. Ailleurs, les villes d’ailleurs, c’est la Maison, avec un grand H. Enfin, un grand M, je veux dire. Je ne saurais pas vous dire pourquoi.

Enfilant une paire de gants blancs impeccables et parfumés, elle alluma une longue cigarette puis se mit à faire des ronds de fumée, pensive.

Quelques sièges plus loin était assise une jeune femme, et elle lançait de temps en temps dans leur direction un regard timide, avant de cacher son visage furtivement derrière son manchon. Elle était en réalité le parfait opposé de Miss Flanner, mais le jeune Champignac ne pouvait que remarquer sa grâce, couronnée d’une sorte de radieuse lumière. Son visage très pur et blanc comme le lait, paré de longues boucles dorées mêlées d’argent, parlait de fragilité. Bien à l'opposé, un chignon sombre et serré durcissait le regard ferme et presque masculin dans les yeux de Miss Flanner.

Une des deux femmes était étrangement moderne, à la classe nouvelle et inattendue, et l'autre était comme un flocon de Noël. Laquelle représentait l’idéal de l’épouse ?

— Pacôme ? Pacôme ? appela Zorglub, tirant son ami de sa rêverie.

— Oui, veuillez m’excuser, chers amis… Je réfléchissais.

— Rendez-vous habituel, ce soir, sur le toit de l'hôtel Gilain ? continua l'autre.

— Il me siérait mieux que nous passions par ici d'abord, j'ai une petite surprise à récupérer.

— Dans les locaux, la nuit ? fit Flanner, avec une suspicion curieuse.

Le vicomte pointa fièrement le menton.

— N'oubliez pas que cette année je suis assistant! J'ai les clefs des locaux du Solbosch à toute heure!

Zorglub prit une moue jalouse, et remit son manteau sur ses épaules en déposant un peu d'argent dans la coupelle sur la table. Les autres se levèrent et ils partirent alors.  

Publié dans Les Enfants d'Albert

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article