Les Enfants d'Albert - Chapitre III

Publié le par Algor Vitae

Sosthène Silly

 

On avait demandé à Pacôme, Miss et Zorglub de rejoindre exceptionnellement un auditorium de taille moyenne pour une annonce publique. En cet endroit, à peine plus grand qu'une petite salle de cinématographe, on avait amassé les plus beaux cerveaux étudiants du Solbosch. Den Brol devait annoncer l'instauration d'une nouvelle formule de mécanique appliquée et bien entendu présenter l'enseignant qui allait avec. Se balançant nerveusement sur ses deux pieds un moment, il finit par intimer le silence.

— Allons, sablier de feu! Un peu d'attention! Bien. Je serai bref; je sais que nombre d'entre vous étaient favorables à la refonte du cours de mécanique appliquée, et plus précisément des chapitres concernant la robotique.

Le vent d'un murmure approbateur bruissa dans la salle.

— C'est aujourd'hui chose faite, et je ne vois pas quoi vous dire de plus qui n'empièterait pas sur les prérogatives de votre nouveau professeur. Cher ami, appela alors Den Brol, je vous les laisse.

—Avec joie, Monsieur le Recteur...

De l'arrière mal éclairé de la salle de cours apparut un homme mince au visage émacié et torturé, les bras chargés de plans étranges et raturés. Ses yeux exorbités avaient une obscure lueur de démence en eux, et son apparition remplit la salle d'un silence malsain. Les Enfants d'Albert échangèrent des regards entendus puis les tournèrent à nouveau vers l'estrade.

— Je suis le professeur Silly, Sosthène Andrealphus Silly. Je suis depuis toujours passionné par le génie des anciens Égyptiens et je suis spécialisé en robotique... entre autres.

Ses yeux scrutaient comme des phares oppressants l'assemblée des étudiants, et quand ils croisèrent ceux de Miss, elle frissonna. Seul Champignac ne voulut pas se laisser démonter et leva la main pour prendre la parole devant ce curieux invité.

Silly eut un geste grave et théâtral:

— Monsieur ? l'invita-t-il.

— Sauf votre respect, professeur Silly, vous me voyez surpris de ne pas vous connaitre; or j'ai l'humble prétention de m'être modestement intéressé à votre domaine de recherche...

Une abominable grimace funèbre crispa le visage cireux de Silly. Il balaya l'air devant lui d'une main nerveuse et sembla comme frappé d'une vision pénible.

— C'est qu'il arrive, voyez-vous... (Il suait) La vie, souvent... Mes travaux n'ont pas survécu pour être... (Un éclair de colère voila brutalement ses traits.) Ma manière d'expérimenter ne plait apparemment pas à tout le monde ! Et ce rouquin ! Laissé pour mort ! Mais... peu importe!

Le vicomte haussa un sourcil, mais n'osa rien rétorquer, toute la salle restant figée devant cette saute d'humeur et ses bribes d'anecdote incompréhensibles. Brutalement, l'autre s'appuya sur le lutrin et tonna avec tous les accents d'une réelle jouissance:

— Mais j'avais créé, créé, oui, une merveille! Imaginez... d'immenses robots submersibles! Toute une base subaquatique! (Il saisit alors à pleines mains son crâne luisant.) Et tout cela mu par ma seule pensée!

Flanner reçut ces mots pourtant terribles avec une fascination sincère; elle se voyait aux commandes d'une véritable caravelle sous-marine, donnant ses ordres à une flotte de robots bâtisseurs. Silly pourrait-il être le mentor qu'il lui fallait ?



Miss avait obtenu le passe-droit de rentrer dans les bâtiments nuitamment, avec la complicité d'un doctorant qui avait les clefs. Dans le dédale de couloirs décrépits et sans fenêtres, elle tentait de retrouver le bureau de Silly, avançant d'un pas hésitant au gré des faibles loupiotes placées tous les quinze mètres.

Arrivée à un angle, elle trouva le bureau, satisfaite de ne pas trainer davantage dans ces halls aussi étendus que sinistres. Miss frappa à la porte. Pas de réponse. Comme elle était de ces femmes franches qui estimaient que l'on peut entrer du moment que l'on a cogné, elle pénétra dans l'antichambre. À sa grande surprise, la pièce était jonchée non pas d'outils ou d'ouvrages savants, mais de cartes géographiques et des photographies d'anciens temples égyptiens. Le faible éclairage dissimulait dans des pans de pénombre des écureuils empaillés tous étrangement mutilés. Et pourtant, enfin, dans un coin et posé sur un guéridon, elle aperçut une sorte de casque; elle pensa d'abord qu'il s'agissait d'une antiquité médiévale. Mais le faisant tourner entre ses paumes, elle découvrit que l'intérieur était tapissé de circuits électriques forts complexes quoiqu’apparemment endommagés et anciens. Elle voulut l'essayer, mais... un craquement se fit entendre derrière elle, et Miss reposa l'objet sur son socle. En une affreuse mitose, Silly s'extrayit d'un coin ombragé. Les yeux injectés de sang et les mains pleines de poignées de ses propres cheveux, il l'alpagua:

— Qu'avez-vous vu ici ?!

Miss hésita, mais elle répondit avec une consistance convaincante:

— Rien de... compromettant, Monsieur le Professeur.

Réaction très inattendue et déplacée, il sourit:

— Alors tant mieux. Vous feriez mieux de sortir.

Elle sortit en effet, à reculons, lentement. Fixés sur le visage douloureusement impassible de la jeune femme, les yeux de Silly ne virent pas sa main se saisir d'un carnet avant de passer la porte...

 


Le jour était retombé sur l'université, et dans le labyrinthe des bâtiments des sciences, à peine moins lugubres de jour que de nuit, Miss avait retrouvé ses comparses.

Quand elle leur eut raconté sa mésaventure, tous deux lui firent part de leurs impressions.

— Palsambleu, cela confirme ce que je soupçonnais... La place de cet homme est en maison de santé, pas sur une chaire universitaire ! s'inquiéta le vicomte.

Zorglub, lui, s'esclaffa d'un air mauvais:

— Et dites-moi, Hygie, vous comptez encore lui demander d'être votre mentor, à ce vieil espadon ?

L'air diable, elle brandit le carnet subtilisé:

— Ec en ares sap eriassecén !

Pacôme hocha la tête d'un air grincheux; ce galimatias était leur façon usuelle de l'exclure d'un débat.

— Je crains que l'heure ne soit pas aux messes basses mes bons amis. (Il consulta sa montre.) Le laboratoire de physique nous attend en salle 21.

Publié dans Les Enfants d'Albert

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article